Gestion des mosquées au Cameroun

Gestion des mosquées au Cameroun

Les premières crises enregistrées dans les milieux musulmans sont celles qui ont abouti à la naissance des deux grands schismes islamiques : les sunnites et les chiites. Si pendant près de quinze siècles, l’existence de ces deux schismes n’a pas fait obstacle à l’extraordinaire unité de la Umma musulmane, notons cependant que ces dernières décennies ont connu la recrudescence des violences dans les milieux musulmans remettant en question cette unité longtemps brandie. Les enjeux de ces violences sont multiples et varient selon les milieux. Au Cameroun, ils s’inscrivent dans le sillage des crises identitaires animées par certaines préférences dans le choix des personnes appelées à diriger les prières dans les mosquées. Si ailleurs, les ambitions et les revendications politiques soutiennent et animent les divisions dans la Umma musulmane, au Cameroun, l’on semble bien être encore au niveau des crises qui divisent les musulmans peul, haoussa, bamum, bafia et d’autres qui se sont aussi regroupés par affinité culturelle et doctrinale. L’idée fondamentale de cette étude est que, les crises enregistrées dans les mosquées camerounaises sont des facteurs historiques caractéristiques de la prédominance du fait ethnique dans l’expansion de l’islam dans ce pays et des mutations culturelles observées à partir de la multiplication des courants islamiques dits réformateurs. Notre étude ambitionne d’analyser les origines des divisions dans l’islam camerounais en mettant un accent particulier sur la place qu’occupe le facteur ethnique et doctrinal dans les crises enregistrées.

Gestion des mosquées au Cameroun : entre comportements identitaires et divisionsMartin Donlefack 1

 Résumé

Les premières crises enregistrées dans les milieux musulmans sont celles qui ont abouti à la naissance des deux grands schismes islamiques :les sunnites et les chiites. Si pendant près de quinze siècles, l’existence de ces deux schismes n’a pas fait obstacle à l’extraordinaire unité de la Um ma musulmane, notons cependant que ces dernières décennies ont connu la recrudescence des violences dans les milieux musulmans remettant en question cette unité longtemps brandie. Les enjeux de ces violences sont multiples et varient selon les milieux. Au Cameroun, ils s’inscrivent dans le sillage des crises identitaires animées par certaines préférences dans le choix des personnes appelées à diriger les prières dans les mosquées.Si ailleurs, les ambitions et les revendications politiques soutiennent et animent les divisions dans la Um ma musulmane, au Cameroun, l’on semble bien être encore au niveau des crises qui divisent les musulmans peul, Haoussa, Bamum, Bafia et d’autres qui se sont aussi regroupés par affinité culturelle et doctrinale. L’idée fondamentale de cette étude est que, les crises enregistrées dans les mosquées camerounaises sont des facteurs historiques caractéristiques de la prédominance du fait ethnique dans l’expansion de l’islam dans ce pays et des mutations culturelles observées à partir de la multiplication des courants islamiques dits réformateurs. Notre étude ambitionne d’analyser les origines des divisions dans l’islam camerounais en mettant un accent particulier sur la place qu’occupe le facteur ethnique et doctrinal dans les crises enregistrées.Mots clés : islam, mosquée, crise, identité, division

Laisser un commentaire